L'annuaire argumentaire anti-restrictions
ARGUMENTS CONTRE LE PORT DU MASQUE OBLIGATOIRE
  • « Les études scientifiques sur l’utilité du masque pour lutter contre les épidémies, en protégeant une population des virus respiratoires, restent encore peu nombreuses et s’appuient principalement sur des données observationnelles. » (INSERM)
  • « Généraliser le port du masque a permis de rendre visible la pandémie aux yeux du grand public et de justifier ensuite les mesures d’urgence sanitaire prises par l’État pour l’endiguer. » (Contrepoints)

PORT DU MASQUE À L’EXTERIEUR
« Le port du masque à l’extérieur empêche la contamination »
  • Toutes les études montrent que le risque de contamination en extérieur est quasi inexistant, avec le port du masque ou non.
  • Les personnes sont assez distancées pour ne pas se contaminer entre elles.
  • La ventilation naturelle renouvelle l’air et empêche la stagnation du virus.
« Le port du masque à l’extérieur empêche de tomber malade »
  • Chacun est responsable de sa santé. L’Etat n’a pas à imposer des critères de bonne santé.
  • Même si l’arrivée d’air n’est pas restreinte, le masque peut gêner la respiration.
  • Inspirer le dioxyde de carbone (C02) expiré et contenu dans le masque peut rendre malade à terme, car ce dernier est porté en continu depuis plus d’un an.
« Si le masque n’est pas obligatoire à l’extérieur, les personnes vont se relâcher »
  • Les personnes ne sont pas des enfants et son capables de prendre les meilleures décisions sanitaires pour elles-mêmes. Stop à l’infantilisation des personnes.
  • Il ne doit pas y avoir d’obligation collective à faire attention à la santé des autres. Tant que le comportement d’une personne n’est pas volontairement dangereux, celle-ci est libre de ses actions.
PORT DU MASQUE À L’INTERIEUR
« Si le masque n’est pas obligatoire à l’extérieur, les personnes risquent de ne plus le porter à l’intérieur »
  • Les lieux clos ne devraient pas être autorisés à imposer le port du masque.
  • Chacun est responsable de sa santé. Si une personne veut se protéger du coronavirus elle peut appliquer les gestes barrières et porter son masque. Rien ne doit forcer une personne qui n’a pas de comportement dangereux à protéger contre sa volonté la santé d’une autre personne.
« Le port du masque à l’intérieur empêche de tomber malade »
  • Le masque chirurgical (quotidien pas FFP2) ne protège pas de la diffusion ni de la contamination. Le principe s’applique donc en intérieur où les gestes barrières et la distanciation volontaires sont les meilleures protections contre le covid.
  • Obliger à porter le masque en intérieur réduit les interactions sociales, donc la santé mentale. Cette dernière est négligée dans la gestion du coronavirus.
  • Une bonne ventilation est le moyen le plus efficace d’empêcher la diffusion du virus en intérieur selon une étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Soutenez notre initiative avec un don !

PORT DU MASQUE POUR LES ENFANTS
« Le port du masque protège les enfants du covid »
  • Les décès chez les enfants dus au Covid-19 sont extrêmement rares, et ne surviennent que dans moins de 1% des cas, car la maladie reste chez eux essentiellement bénigne.
  • 0,17% des tests salivaires réalisés à l’école sont positifs contre un taux de 1,19% chez les sujets asymptomatiques dans l’ensemble de la population.
« Le port du masque pour les enfants empêche la transmission aux adultes »
  • Olivier Véran : “Les enfants jeunes [primaire, maternelle, crèche, ndlr] sont peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus”
  • Olivier Véran : “Le risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte, d’adulte à enfant, mais rarement d’enfant à enfant, ou d’enfant à adulte. Cela signifie que les enfants, en primaire, en maternelle, en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d’eux”
« Le port du masque ne gêne pas les enfants »
  • Lorsqu’ils sont face à une personne masquée, les enfants de 3 à 5 ans identifient correctement leurs émotions dans seulement 40% des cas. 
  • «Le port du masque aggrave les inégalités entre les enfants et majore les difficultés des plus fragiles dont les compétences langagières se sont parfois nettement dégradées »
  • Les bébés nés en 2020 n’ont presque vu que le visage de leurs parents. Le reste des visages a été masqué durant plus d’un an.
  • « Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale. » (Convention internationale des droits de l’enfant, article 3,1).
  • Résistons ensemble !

    Envoyez-nous vos arguments via notre formulaire de contact ou à l’adresse mel : contact@stopdictaturesanitaire.fr